RÉSERVATION

Uniquement sur RDV au

06 89 20 23 52

 

Posez toutes vos questions sur la page Contact

 

Accédez à la Billetterie en ligne

ATELIER FAMILIAL
ATELIER FAMILIAL

Lors des séances d'autres techniques telles que "Toucher & Conscience", conseils en diététique énergétique Nuad Boran Thaï ou Chi Nei Tsang, EFT ou tapping emotionnel peuvent être utilisées.

La Bouillie insipide ou le secret de longévité...

A notre époque ou "tout doit être accessible à tous", devise qui fait une grande fierté de notre société, il est alarmant de se rendre compte que « le plus » n’est pas forcément ce qu’il faut pour tous. C’est ainsi que l’on se retrouve en surpoids avec toutes les complications que cela implique pour l’esthétique et la santé. Il semble qu’à tout avoir et tout faire en même temps, nous ayons oublié ce qu’était le fait de manger, à quoi ça sert ? qu’est ce qu’on mange vraiment ? et surtout comment le mange-t-on ?…

La Bouillie Insipide fait partie des secrets de longévité de l’énergétique chinoise depuis des millénaires, elle permet de rester en forme, de nourrir équitablement tous les organes et de garder un poids de forme correspondant à notre morphologie.

 Aujourd’hui manger c’est mettre dans la bouche, avaler vite fait pour passer à autre chose.., ou bien manger jusqu’à ne plus en pouvoir pour prendre, être plein de plaisir et de goûts, et de sucre et de gras et de tout.. ou encore avaler des plats « spécial régime » avec que des protéines ou que les glucides ou sans le gras ..

Manger oui mais manger bien..

En fait manger est un art, manger prend du temps, c’est un acte que l’on accomplit après une préparation minutieuse. Manger est en relation avec le fait de cuisiner et prendre le temps de le faire.. Dans la nourriture, ce qui est important, c’est ce qui « fabrique la vie » le  shen ; ce n’est pas la quantité ou la richesse de ce que l’on mange. C’est savoir prendre, dans ce que l’on mange, « ce qui donne la vie ». Manger comme on médite (沉思 chen si). Manger, c’est la méditation de tous les jours.

On ne sait manger que par la bouche, avaler, ou dévorer, ce n’est pas manger ! On se prépare ainsi au pire de ce que la vie nous réserve. On peut tout nous faire avaler !! Ce n’est plus de la vie mais de la survie..

 

Manger veut dire regarder, sentir, goûter et imaginer. On mange avec le nez, avec les yeux, avec la bouche et le cerveau. C’est capter les informations des aliments -leur pouvoir- de l’ambiance, des souvenirs d’enfance qui peuvent ressurgir..

 

Les Yeux

D’abord Regarder/voir, c’est faire entrer la nourriture dans le corps par la couleur, l’effet de la couleur, la forme, l’effet de la forme, le reflet, l’effet du reflet.

Si on ne fais pas cela en premier, on est pris par surprise : on n’est pas prêt pour manger. Manger une chose en particulier. 

 

Il faut changer de regard à chaque type de plat. Regarder, ce n’est pas simplement regarder ce qu’on va manger, c’est « manger par les yeux », c’est faire entrer la nourriture par les yeux pour qu’elle aille prévenir le foie qui va préparer une réception, une réception courtoise, un traitement honorable. Sinon, on prépare une réception froide et un accueil indifférent aux aliments. Le foie se nourrit du monde par les yeux et les yeux sont la fleur du foie. 

 

C’est comme une fleur. Elle n’existe que par ses racines et ses racines n’existent que par la terre où elles se développent. Une autre terre, une autre fleur. La fleur, c’est les yeux de la terre, les racines c’est ce qui conduit des yeux à la terre. La terre nourrit la fleur et la fleur nourrit la terre. Par la fleur, la terre « sait ». Et bien, pour les yeux et le foie, c’est la même chose. L’aliment, par les yeux, va au foie qui le reçoit et indique à l’estomac et à la rate qui ils vont recevoir. Mais bien sûr, si on regarde simplement, ce n’est pas le , jing de l’aliment qui parvient au foie. Alors, il ne peut rien faire. Il ne faut pas simplement regarder, mais voir, voir l’essence, cette énergie qui fait tenir toutes les cellules ensemble, qui donne la vie, le jing,  l’énergie de l’aliment à travers ce qui est manifesté. Pour cela, il faut prendre du temps, s’isoler, se concentrer sur le bol, rien que sur le bol. Le bol doit devenir l’allant de soi ; il faut entrer dans le bol, se promener à l’intérieur de la nourriture et descendre à la rencontre du, jing (essence). Une fois sur le bon chemin ( dao) on dépasse l’apparence superficielle, la surface de ce que l’on mange pour aller au , jing et c’est cela qu’on envoie au foie. Pour le prévenir et qu’il prépare. Oui, c’est çà : préparer comme on prépare un produit pharmaceutique, une ordonnance ; mais aussi ajuster, régler les sécrétions. Il faut fractionner les aliments sans y toucher. C’est cela que les yeux font, aller vers le foie. Et le foie prépare la réception. 

 

Manger, c’est aller aux éléments nourrissants qui sont dans les aliments aux éléments subtils au , jing, qui nous échappe par notre manière de manger habituelle.

 

Le Nez

Après avoir mangé par les yeux, il faut manger par le nez, sentir. Le nez, les narines c’est la manière pour les poumons de voir le monde, de ne pas être enfermés. En sentant, ce sont les saveurs que l’on atteint

 

En regardant, on a déjà perçu les saveurs qui sont dans le bol. Maintenant, il s’agit de sentir les saveurs, les yeux fermés, pour aller au fond des choses, ne pas rester à la surface, aller en profondeur, isoler les saveurs du plat. Les saveurs, c’est ce qui est vrai dans la nourriture. Quand on mange, ce sont les saveurs qui nourrissent. Ce sont les saveurs qui arrêtent les maladies ou qui les guérissent. Ce sont les saveurs qui sont dans le jing (essence) des aliments. 

 

La Bouche

Et puis, il faut manger par la bouche. La bouche, c’est plusieurs yeux à la fois, plusieurs portes, les papilles. La bouche ouvre l’estomac et la rate sur le monde et le bout de la langue ouvre le monde pour le cœur. Et la racine de la langue ouvre le monde pour les reins. La bouche c’est comme la tête d’un serpent, elle avale et fait descendre dans l’œsophage et l’estomac et les intestins. C’est la même chose. Bouche, œsophage, le chemin du manger, rate, estomac, intestins, c’est une seule chose. C’est l’usine alimentaire qui regroupe les organes digestifs en un groupe d’ateliers coordonnés dont les ateliers sont dans tout le corps. Du haut en bas, l’un au dessous de l’autre, comme une colonne vertébrale.

 

Mais que faut-il manger quels sont ces aliments qui sont emplis de d’énergie Jing ? Biensûr manger suppose des aliments naturels, frais, de saison, du lieu d’habitation cuisinés avec patience et dévotion.

Les chinois s'étaient redus compte que chaque aliment contenait une saveur. Et chaque saveur allait réveiller un organe précis, stimuler ses fonctions dans le corps, mais également l’encrasser quand cette saveur était en trop grande quantité..

Ainsi lorsqu’on ingère la saveur Amère cela nourrit le Coeur, lorsque l’on mange la saveur Sucrée on nourrit la Rate, pour la saveur Piquant on nourrit le Poumon, avec le Salé c’est le Rein et le Foie pour finir est activé par l’Acide. On a donc 5 saveurs qui nourrissent chacun des 5 organes éléments fonctions organiques. 

 

Il en existe une 6ème qui est l’Insipide ou « l’absence de saveur » et aussi importante que les 5 autres car elle active et nourrit les 5 organes au même temps et indifféremment, ce qui permet d’équilibrer leur énergie et de rétablir d’éventuels déséquilibres tels que surpoids, addiction au sucre…. l'eau par exemple a une saveur insipide.

 

Qu’est-ce que la bouillie insipide ?

La Bouillie Insipide comme son nom l’indique n’a pas de goût ou plutôt a un goût insipide. Le fait d’en manger régulièrement permet au corps de se restaurer et de se rééquilibrer naturellement. Elle permet d’aller chercher cette énergie essentielle qui attache les cellules ensemble, pour s’en nourrir.

 

Composée de Céréales et de légumineuses la bouillie insipide permet de trouver plus facilement le Jing des aliments de par sa simplicité.

 

Mais d’abord c’est quoi une céréale ?

Combien de fois j’ai entendu lorsque j’évoquais les céréales quelqu’un me dire forcément « bah oui les céréales du matin quoi, les frosties », et bien pas seulement. Une céréale est une plante cultivée principalement pour ses grains, c'est-à-dire ses fruits (caryopses), utilisés pour l'alimentation humaine et animale, souvent moulus sous forme de farine raffinée ou plus ou moins complète1, mais aussi en grains entiers. Le terme « céréale » désigne aussi spécifiquement les grains de ces plantes.

Au début du xxie siècle, les céréales fournissent la majeure partie (45 %) des calories alimentaires de l’humanité.

Il en existe de toutes sortes : avoine, orge, millet, riz, seigle, maïs, sorgho, mil, triticale, fonio, blé sous forme de froment  boulgour, d’épauler, de blé dur ainsi que les pseudo-céréales comme le quinoa, l’amarante, le sarrasin et le sésame.

Les graines de céréales, qui sont la famille d'aliments à la base de l'alimentation humaine, contiennent généralement : environ 70 % à 80 %, de glucides, sous forme d'amidon ; des protéines (jusqu'à 15 % pour le blé dur) ; des lipides en faible proportion (moins de 5 %), provenant du germe ; on peut extraire de l'huile végétale de certaines céréales ; et des sels minéraux.

Et c’est quoi une légumineuse ?

Les Légumineuses ou Papilionacées, de la famille des Fabacées désigne des plantes dont le fruit est une gousse et Papilionacées des légumineuses à fleurs irrégulières comportant cinq pétales.

Cette famille de plantes est tout d'abord une source essentielle de protéines végétales pour l'alimentation humaine ou animale. La famille des Fabacées comprend de nombreuses plantes cultivées d'intérêt économique: l'arachide, le fenugrec, la fève, la féverole, les gesses, les haricots, le haricot mungo (pousses de soja germé), les lentilles, les lotiers, les lupins, les luzernes, le palissandre, les pois, le pois chiche, la réglisse, le rooibos, le sainfoin, le soja, les trèfles, les vesces...

Les légumineuses jouent un rôle très important dans l'alimentation humaine et animale grâce à leur haute teneur en protéines, comprise entre 20% et 35% et en acides aminés essentiels. Les produits dérivés peuvent en contenir plus, les autres nutriments importants sont l'amidon, et éventuellement les lipides pour les légumineuses qui sont également des oléagineux : le soja qui contient environ 20% d'huile, l’arachide 50%.

 

Les légumineuses sont riches en minéraux (fer, calcium, zinc, cuivre, manganèse)Elles fournissent des protéines très bon marché, et peuvent, quand elles sont combinées à d'autres protéines végétales comme celles des céréales, constituer une source équilibrée de protéines. Les légumineuses sont un pilier du régime méditerranéen dont on pense qu'il constitue un des régimes alimentaires les plus adaptés à l’homme.

Donc la Bouillie insipide est composée de Céréales et de Légumineuses qui sont des graines, oui de simples graines, d'où une nouvelle plante doit naitre.

Donc elles possèdent en elles un concentré de force vitale !!!

Mélangées  elles sont très nourrissantes et sont même la base de l’alimentation végétarienne parce que ensemble elles se complètent. La saveur insipide est rééquilibrante pour tous les organes. Et consommée avec conscience elle est un accès direct à l’énergie des aliments.

La recette

-Faire bouillir 1 vol. de céréale et 1vol. de légumineuse pour 2vol. d’eau froide pendant 3 minutes, puis baissez le feu et faites mijoter à feu très doux pendant au moins 20 minutes pour obtenir une bouillie. 

 

NE PAS AJOUTER DE SEL, NI POIVRE NI AUCUN CONDIMENT OU ÉPIDE C’EST LE PLUS IMPORTANT.

Une cure de sobriété

Cette bouillie là, lorsque vous êtes très fatigué, va régénérer tous les organes. En 21 jours, à raison d'1 des 3 repas de la journée, elle va réparer quelqu'un qui va mal depuis des mois. 1h à 1h30 après, on peut compléter par un fruit de saison par exemple. La cuisson très lente (chaleur/énergie), l'absence de saveurs va nourrir tous les organes et relancer l'énergie du corps. 

 

L'eau chaude seule est préférable comme boisson dans la journée de par sa saveur insipide. 

 

Une fois la bouillie cuite, versez la dans un bol et mangez-la en laissant se développer en vous les sensations qui émergent de la fadeur de la bouillie.

 

Comment manger ?

Invitez-vous a manger même tout seul, comme si vous étiez votre propre invité. Fleurissez la table, mettez des bougies… Imaginez à chaque bouchée une saveur nouvelle qui vient réveiller vos papilles.

 

La quantité doit être la même, à peu près un bol de taille moyenne et le temps du repas aussi : vingt minutes. Après avoir mangé la bouillie, soit environ un quart d’heure après le repas, il faut boire un grand bol d’eau très chaude pour faciliter dans les profondeurs du vivant, les mécanismes métaboliques de l’harmonie « végétale ».  Faites vous un cadeau épluchez vos habitudes, pour que la frugalité, la sobriété vous soit heureuse et bénéfique.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    seks telefony (vendredi, 20 octobre 2017 12:40)

    niepodpuszczanie